Marianne Le Vexier

La peinture du dehors

Quelle est cette parole étrange, complexe, que profèrent les oeuvres de Marianne Le Vexier ? Serait-ce celle que voulu parler le surréalisme, ou bien, d'une manière plus profonde et plus radicale encore, celle que surent parler, il y a maintenant plus de 18 000 ans déjà, les hommes (et les femmes) qui tracèrent sur les murs des grottes de Lascaux, non pas seulement des figures (des taureaux, des félins, des hommes), mais bien aussi ce que Jung appelle, des Archétypes. A savoir, des figures dont le sens se confond avec la force qu'elles contiennent ? Sans vouloir apporter une réponse définitive à cette question (car celle n'a de sens qu'à la condition de rester ouverte), il me semble possible de dire, dès à présent, que la véritable grandeur des oeuvres de Vexier ne tient pas seulement au fait qu'elles savent évoquer, avec une subtilité rare, le « désordre » apparent des rêves, mais qu'elles soient capables, dans le même temps, d'assigner à ce désordre un ordre non contraignant, c'est-à-dire, un ordre qui puisse faire dialoguer ensemble des niveaux de réalité qui d'ordinaire s'opposent.

flux RSS Artup-TV

Les derniers articles avec vidéo / Tous les articles